Digitalis lutea (digitale jaune) et ses auxiliaires...

par Les insectiflores

publié dans Hyménoptère , Scrofulariacée

Sur le fond vert clair de la tanaisie (Tanacetum vulgare) se détachent les inflorescences des digitales jaunes (Digitalis lutea) et des roses anciennes (Rosa gallica 'Eveque'). Si notre regard est attiré par la magnificence des roses, les insectes auxiliaires eux n'ont d'yeux que pour l'humble digitale...
platebande
Voici un auxiliaire dont la présence 'saute' aux yeux. Doté d'une trompe munie d'une langue extensible, le bourdon est bien équipé pour prélever le nectar stocké au plus profond de la fleur. Sa morphologie lui permet donc de butiner tout en restant au seuil de la fleur.     bourdon

Diga1

Diga2

 

En y regardant de plus près, on perçoit une nuée composée de petits insectes ne dépassant pas 4/5 mm.

Leur petite taille constitue un atout puisque, dépourvus de trompe à nectar, ils peuvent ainsi pénétrer à l'intérieur même de la fleur.

De couleur sombre presque noire, l'insecte présente une taille resserrée comme celle des guêpes.

Pourrait-il s'agir d'aphidius, une guêpe parasitoïde qui pond dans des pucerons à l'intérieur desquels sa larve, tel Alien, se développe ? Cependant, en entomologie, l'identification est un art difficile. En la matière, la prudence s'impose et, par conséquent, nous ne saurions être péremptoire.

Commenter cet article