"Fausses-guêpes" mais vrais auxiliaires...

par Les insectiflores

publié dans Diptère

Voici donc les guêpes de retour... En cas d'agression, cet hyménoptère a la capacité de piquer à plusieurs reprises, ce qui contribue à dissuader les éventuels prédateurs. De fait, la guêpe a peu pour ne pas dire pas d'ennemis naturels.

 2.jpg

1

Cette caractéristique a inspiré aux syrphes une tactique de défense : mimer les couleurs de la guêpe de manière à dissuader les prédateurs. C'est ainsi que Myathropa florea, comme beaucoup de syrphidés, arbore une ''casaque' rayée jaune et noire. On identifie cette espèce de syrphe à la tête de mort sur son thorax. La comparaison des deux photos permet de constater cependant les  différences morphologiques entre la guêpe et la syrphe.

 

Mais les syrphes ne sont pas les seules à utiliser la stratégie du 'masque' de guêpe. L'argyope fasciée photographiée ci-dessous  en témoigne :

DSCN0853

L'appellation d'epeire-frelon donnée à cette araignée est parfaitement explicite. On peut comprendre que cet animal qui sert de proie aux oiseaux et aux musaraignes ainsi qu'à divers amphibiens et autres reptiles cherche ainsi à dissuader ces prédateurs.

Commenter cet article