Halicte : un solitaire qui se rassemble

par Les insectiflores

publié dans Astéracée , Abeille solitaire , Hyménoptère

 

L'espèce d'"abeille de la sueur" photographiée appartient à la famille des Halictes (halictidés) du groupe des abeilles solitaires. Cette abeille fréquente les mêmes biotopes que l'éristale observé dans un précédent article ( L'Éristale : un syrphe à la langue bien pendue). L'halicte comme l'éristale sont dotés d'une longue 'langue', repliable en arrière dans le cas du premier, leur permettant de butiner des fleurs à corolle profonde telles celles de l'aster. On observe des poils roux sur le corps de l'insecte qui retiendront le pollen qui sera transporté par l'abeille au gré de son butinage. L'halicte tout comme l'éristale sont donc des 'pros' de la pollinisation croisée.

Cependant, contrairement à l'inoffensif éristale, l'halicte possède un aiguillon qui peut percer la peau de l'homme. Autre différence : l'halicte stocke le pollen sur ses pattes postérieures dotées de brosses de poils. En effet, l'abeille constitue des pains de pollen qu'elle destine à l'alimentation de ses larves.

Halicte vient de 'halizo' qui signifie 'rassembler' en grec car les abeilles de la sueur, certes solitaires car ne vivant pas en essaim, ont néanmoins l'habitude de juxtaposer leur nids en un même lieu. En qualité de butineur, l'halicte est exposé aux traitements phytosanitaires dits systémiques. De plus, l'insecte est menacé en raison de la disparition de son site de nidification.

IMGP5523 02
IMGP5509
Commenter cet article